Jeudi, 02 Janvier 2014 14:31

Les TOPS 2013 de la rédaction

pelecanus-top-2013-banniere

Le chapître 2013 se referme et comme à l'accoutumé la rédaction essaye de faire le point sur toutes les découvertes musicales qui ont bercé l'année, et ce, surtout de manière non orthodoxe, c'est-à-dire dans tous les styles qui nous ont marqué sans exception, l'exercice en devenant d'ailleurs encore plus compliqué qu'il ne l'est déjà. Sans parler de l'effervescence encore plus forte cette année de plateformes telles que Bandcamp proposant une chiadée de jeunes projets aussi chauds que tièdes, les retours de légendes aussi opportunistes que grandioses, ou les nombreux groupes attendus au fameux tournant du second album. Bref, 2013 fut comme toujours dense pour celui qui cherche, qu'il s'agisse de nous mais de vous aussi. C'est le moment parfait pour vous dire un gros MERCI de la part de toute l'équipe pour avoir fait de cette année une année d'échange et de découvertes mais aussi de support puisque vous êtes toujours plus nombreux à venir nous lire, à nous parler, à nous partager. Heavy New Year !

[Entrevue] Intronaut : "C’est gratifiant de savoir que l’effort que tu as mis dans ton art touche les gens"

Certaines semaines sont plus chargées que d’autres. Cet été, dans un espace de quelques jours, j’ai eu la chance de voir deux groupes qui me sont très chers, au même endroit, soit le Il Motore. Par deux fois, j’ai également eu la chance de m’entretenir avec ces musiciens dont les œuvres jouent si souvent sur ma platine. Je parle dans un premier temps d'une entrevue avec Laura Pleasants et Philip Cope de Kylesa et deuxièmement d'une entrevue avec Sacha Dunable d’Intronaut. Ce dernier est un groupe qui réussit à me captiver et me faire voyager dans les nuages d’une vallée préhistorique à dos de ptérodactyle de par son son monstrueusement lourd, mais à la fois planant. Il n’y a pas de doute, écouter un album d’Intronaut a le même effet chez moi que de respirer du radon, ce gaz radioactif le plus lourd du tableau périodique.

waters-fripp-banniere

Robert Fripp et Roger Waters, du haut de leurs 70 ans, semblent encore en avoir sous la pédale d'effets. Alors que le premier confirme, le 6 septembre dernier dans son "diary", le (certainement dernier) retour de King Crimson avec pas moins de 7 musiciens (dont 3 batteurs, oui), le deuxième écume stades et autres immenses arènes afin de reconstruire tous les soirs "The Wall" en live, tout en avouant récemment à la BBC, regretter avoir poursuivi Pink Floyd et plus particulièrement ses acolytes Mason et Gilmour en 1986.

[Retour sur] Intronaut + Scale The Summit + Mouth Of The Architect + Unbeing 17/06/13 @ Il Motore, Montréal

L'expression « Tous les chemins mènent à Rome » est bien connue, mais dans le jargon musical montréalais nous devrions plutôt dire « Tous les chemins mènent au Il Motore ». Dernièrement, j'ai l'impression qu'un concert sur deux y prend place. Cette fois-ci, ce sont les prog-metalleux de Intronaut qui nous donnaient rendez-vous dans le cadre de la tournée promotionnelle du nouvel album Habitual Levitations. Étant fanatique du groupe depuis les premières heures, je me régalais à l'avance de les voir enfin en tête d'affiche dans une salle montréalaise. Pour un maigre 18$, nous avions droit en prime à la surprenante présence du groupe américain de post-metal Mouth Of The Architect et des virtuoses de Scale The Summit.

Jeudi, 29 Mars 2012 21:27

[Chronique] Morne - Asylum (2011)

Chronique Morne - Asylum

Morne fait partie de cette seconde vague de groupe « crust-punk » vivement influencée par les immortels Amebix et Neurosis ainsi que la vague des groupes anglais des années 80 (Doom, Rudimentary Peni...). Il n'y a cependant pas d'effervescence au goût du jour digne de certains jeunots contemporains qui finit souvent par devenir bien plat et sans énergie. « Asylum » nous propose des titres soignés avec une signature distincte comportant claviers (bien que subtils) ainsi qu'orchestration occasionnelle (gracieuseté de Kris Force d'Amber Asylum) qui offrent une touche cinématique. Même s'il est plus basé « mid-tempo » que leur précédent album, « Untold Wait », l'efficacité réside toujours dans les riffs mémorables placés au bons endroits. « I will See You », titre durant 10:40 minutes, se permet un hochement de tête agréable à sa troisième minute et la suite s'en permet d'autres tout aussi mémorables. Il y a cette dynamique qui est agréablement bien contrôlée, les bouts lents ne sont pas trop longs et la répétition des riffs est restreinte, ce qui permet une écoute fort agréable sans se lasser.

Chronique Ancestors - In Dreams and Time

"Vous avez essayé de joindre Vincent Duke; il est indisponible pour le moment. En train d'écouter en boucle le nouvel album de Ancestors, il se trouve actuellement au fin fond de la voie lactée. Merci de laisser votre message après l'explosion de super nova…"

[Retour sur] Kylesa + Rosetta + Fight Amp 24/01/11 live @ Il Motore, Montréal
Dans la vie il y a une première fois à toute chose. Bien évidemment, certains événements restent beaucoup plus marquants que d'autres. C'est exactement ce qui s'est passé lundi dernier au Il Motore, puisque c'était le premier passage de Rosetta à Montréal et aussi ma première fois avec Kylesa en guise de tête d'affiche. J'avais eu la chance de capter la sublime tournée avec Intronaut et Mastodon il y a deux ans, dans le cadre de la promotion de Static Tensions, mais j'étais plutôt curieux de les voir en petite salle...

Desertfest 2014

Hellfest 2014

En direct de Facebook

Rechercher